Quelle assurance choisir pour une gyroroue ?

Decathlon (FR)

Également appelé roue électrique, monoroue ou monocycle électrique, c’est un engin de déplacement personnel motorisé (EDPM) qui permet au conducteur de rouler en ville, debout sur une roue à propulsion électrique, et à une vitesse pouvant aller jusqu’à 25 km/heure.

La batterie de ce véhicule se recharge sur une prise électrique, avec une autonomie d’environ 80 à 100 km. En tant que véhicule entièrement électrique, la gyroroue est assimilée à un véhicule terrestre à moteur (VTAM).

gyroroue électrique

Où utiliser sa gyroroue ?

Les gyroroues sont utilisables en ville, sur les trottoirs et les pistes cyclables, et dans les agglomérations, sur des routes limitées à 30 ou 50 km/heure en l’absence de piste cyclable. Le conducteur ne pourra donc l’utiliser qu’en milieu urbain. Attention, sur les trottoirs, la vitesse de la gyroroue est limitée à 6 km/heure.

Assurance obligatoire pour ce véhicule électrique ?

Comme tout VTAM (trottinette électrique, vélo tout électrique, auto, moto ou scooter) une assurance spécifique est obligatoire. Le minima est une assurance responsabilité civile pour les dommages causés aux tiers, mais une assurance pour les éventuels autres dommages est recommandée, comme les dommages matériels, les blessures corporelles, le vol, etc.

La plupart des compagnies d’assurance offre des formules d’assurance pour ces nouveaux véhicules électriques de mobilités urbaines, dont les trottinettes, les gyropodes, hoverboard et autres engins de déplacement personnel motorisés. Il est recommandé de demander un devis via son assurance habitation, ou se tourner vers une assurance spécialisée nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI) pour couvrir les garanties de ces nouveaux engins de déplacement personnels motorisés (EDPM). N’hésitez pas à utiliser les moteurs de recherche et sites de comparateurs en ligne pour confronter les devis des compagnies d’assurance.

Trottinette électrique
Une Trottinette électrique doit également être assurée

En cas d’accident avec un autre EPDM, un cycliste ou un piéton

Le principe de base est lorsqu’un véhicule terrestre à moteur est impliqué (scooter ou moto, auto, trottinette électrique, bus, mais aussi roue électrique), la loi Badinter du 5 juillet 1985 s’applique et privilégie les victimes cyclistes (vélo électrique ou vélo classique) et piétons d’accidents de la circulation, qui bénéficient d’un régime d’indemnisation quasi-automatique de leurs préjudices. Autrement dit, en cas d’accident d’une gyroroue avec un piéton ou un vélo, le conducteur de la gyroroue sera considéra comme responsable de l’accident.

La seule limite étant une faute inexcusable du cycliste ou du piéton. Elle n’est que très rarement invoquée.

Que faire en cas d’accident ?

Une déclaration à son assurance, dans les 5 jours ouvrés. S’il y a eu un constat, joindre le constat, les éventuelles photos et si besoin, la facture d’achat de votre roue électrique.

Si on est couvert, on peut activer son contrat Garantie Accident de la Vie (GAV).

Même bien assurés, la vigilance est de mise, et le port du casque ainsi que des protections genoux et coudes sont conseillés pour le conducteur de la gyroroue. Une vigilance accrue est de mise pour éviter les nombreux accidents et vols découlant de la multiplication de tous ceux qui partagent les voies publiques, des trottoirs aux pistes cyclables en passant par les routes.